A la une!

Il est possible de s'opposer aux pilleurs de tombes militaires...

Chers Compagnons et Amis,

Notre monde à tendance à faire commerce de tout…

Sauf que les objets de mémoire se doivent d’être protégés.

Veuillez prendre connaissance de cette courte vidéo qui montre l’action que mène le Souvenir Français contre ces agissements illégaux: 

https://www.lefigaro.fr/story/passionne-dhistoire-il-traque-les-pilleurs-de-tombes-militaires-15096

Des moyens existent donc pour s’opposer à ces mises en vente.

Nous avons déjà travaillé avec Jean-Pierre Mennessier, président du Comité de Friville-Escarbotin, pour récupérer la plaque du soldat André LEFEVRE disparue sur une tombe de Saint-Brice-Courcelles.

Il fait un travail remarquable.
Philippe LOUGES
Président du comité de Reims

Lettre N°72 : La tombe au service de la réconciliation

Le « main dans la main » de Verdun, cette cérémonie où le chancelier Kohl et le Président Mitterrand se sont pris par la main devant l’ossuaire de Douaumont le 22 septembre 1984, marque à tout jamais la mémoire partagée franco-allemande.

Une mémoire dont il est nécessaire de rappeler qu’elle repose visuellement sur les tombes et les cimetières allemands dispersés sur le territoire français.

La sauvegarde des tombes est inscrite dans les traités. Le Traité de Francfort signé en 1871 prévoyait l’entretien des tombes allemandes de 1870-1871 en France et celui des tombes françaises en Alsace-Moselle et en Allemagne. Une sorte d’échange équilibré entre les deux nations, la victorieuse et la défaite.

Bien différent fut le Traité de Versailles qui place en 1919 l’entretien des tombes allemandes sous la seule responsabilité des vainqueurs que sont les Français. Dès lors, l’association allemande qui est créée en 1919 pour entretenir les tombes allemandes (le VDK) n’aura de cesse que de tenter de prendre la gestion de cimetières que la France entretient si mal.

Il faudra attendre 35 ans et la fin d’un second conflit.

En 1954, le VDK signe un accord bilatéral avec la France. La France met gratuitement à disposition de la République Fédérale les terrains sur lesquels sont construits les cimetières militaires allemands et le VDK se charge de l’entretien.

Neuf années plus tard, le Traité de l’Elysée redonne définitivement l’entière responsabilité de ses cimetières à l’Allemagne. Le temps de la réconciliation par-dessus les tombes peut dès lors commencer. De nombreuses cérémonies franco-allemandes sont organisées jusqu’à l’apothéose de Verdun.

Ces initiatives de réconciliation ont enraciné le rapprochement franco-allemand et ont favorisé le développement de l’Europe politique. Les tombes se sont imposées comme les éléments de base de ce rapprochement. La France et l’Allemagne ont donné au monde l’exemple d’une réconciliation réussie.

Le modèle mémoriel de la réconciliation franco-allemande est-il reproductible ? Nous le pensons. Le recueillement sur les tombes de ceux qui sont morts dans la même guerre, ennemis et amis, est un moment essentiel de toute réconciliation. Ce moment interviendra nécessairement pour l’Algérie et la France. Pourquoi ne pas l’espérer pour la Russie et l’Ukraine ?.  

Serge BARCELLINI

Contrôleur Général des Armées (2s)
Président Général de l'association "Le Souvenir Français"

Cérémonie du 14 Juillet 2021 à Sézanne. Reconnaissance au Souvenir-Français

Cette année, la cérémonie du 14 juillet a revêtu une ampleur particulière.

En présence des personnalités locales, des pompiers, des associations patriotiques et leurs drapeaux, de l'Harmonie municipale, une section en armes du 5ème. Régiment de Dragons de Mailly le Camp, concrétisait officiellement son jumelage avec la ville de Sézanne.

A l'issue de la cérémonie républicaine, Monsieur Héwak, maire, a tenu à inviter tous les participants à se diriger vers le mail des Cordeliers dont la statue monumentale honore les « soldats et marins du canton de Sézanne morts pour la Patrie » pendant la guerre de 1870 (Hommage qui n'avait pu être rendu en 2020, année de son cent cinquantenaire).

Monsieur Héwak voulait ainsi marquer la mémoire de cette guerre, un peu oubliée, et surtout mettre en exergue l'érection de ce monument par le Souvenir- Français ; son inauguration en septembre 1912 donna lieu à une fête grandiose présidée par le ministre du Commerce Léon Bourgeois, très populaire puisque chalonnais, accompagné de Xavier Niessen, fondateur du Souvenir- Français.

La cocarde tricolore qui vient d'être apposée orne désormais le socle de cette belle statue d'inspiration apaisée, non revancharde, un monument très rare à l'époque, de taille imposante, oeuvre d'un sculpteur local qui a reproduit les armes de la ville de Sézanne sur l'écu que tient une femme déposant des lauriers sur le front d'un héros mort gisant à ses pieds.

Avant le dépôt de gerbe, le colonel (h) Finck, vice -président du comité du Sud ouest marnais résumant cet historique en quelques mots, a rappelé à l'assistance que si en 75 ans (de 1870 à 1945), 3 guerres ont endeuillé notre Pays, depuis 75 ans, nous vivons dans la Paix. La minute de silence et la Marseillaise chantée ont clôturé l'hommage.

Nous devons honorer ceux qui se sont sacrifiés pour la Paix et transmettre ce flambeau aux jeunes générations afin qu'elles se souviennent.